«
»


Strawberries quand tu nous tiens

Publié par Pauline le 13 sept. 2012 à 09:53

11-12-13 septembre

Mardi, levé 5h38 pour être sur d’être prêt pour 7h. Dur, dur le réveil, mais c’est pour la bonne cause ! A 6h45 le personnel arrive, les pickers partent directement au champ (Romain aussi), mais quant à moi, on m’apprend que l’emballage-conditionnement (packing) commence à 7h30. Néanmoins, on m’explique brièvement comment fonctionne le packing, en résumé, ça pourrait donner un truc comme ça :

Les packers conditionnent les fraises ramassées la veille ou l’avant-veille par les pickers. Ces derniers ont toujours un jour d’avance. Les fraises, une fois ramassées, sont mises en chambre froide et il est impératif de tout emballer et expédier sous 2 jours, sinon les fruits s’abiment (même à 0,5°C).

Les horaires des packers sont très diverses, et il est courant que les journées dépassent 10h de travail et souvent 7jours sur 7. Le but étant de vider un max les frigos et de ne pas accumuler de retard.

Nous constatons chaque soir (vers 21h, quand nous sommes déjà couchés !) qu’un camion de livraison vient enlever les fruits conditionnés afin de les livrer aux clients (à destination de Sydney, dans les supermarchés, et autres primeurs).

Quant à Romain, il pick dans une drôle de machine, qui lui sert à la fois de moyen de locomotion, de toile d’ombrage, de stockage de caisses vides et bien sur, de stockage de caisses pleines. De ce fait, il est assis toute la journée (c’est pas mal ergonomiquement parlant), mais il fait fonctionner énormément ces cuisses pour avancer (il va ressortir comme un vrai haltérophile).

Pour notre première journée, Romain a fait du désherbage le matin et un peu de picking en milieu d’après-midi. De mon coté, j’ai conditionné en barquette de 250g puis en 500g, nous restons volontairement évasifs sur le mode de paiement, car ici, tout le monde est au rendement ! Nous étions persuadé que nous allions être payés à l’heure, et que nous allions faire un max de bénéfice en un temps record, mais c’est complètement l’inverse qui se produit.

C’est la première fois que nous entendons parler de paiement au rendement pour du packing (et dieu sait le nombre de ferme et de personne avec qui nous en avons parlé), mais il a fallut que ça tombe sur nous. Pour vous dire, en ayant fait un petit calcul, même les habitués qui font la saison depuis plusieurs années, ne se rémunèrent pas plus de 100€ par jour (c’est ridicule par rapport au salaire moyen australien).

Bref, vous l’aurez compris, comme nous sommes débutants, nous gagnons une misère ! L’une de mes collègues m’a répondu très justement en voyant mon désarroi en me disant, « You prefer win something or nothing ? », bien sur, je préfère gagner quelque chose, mais bon…

Mercredi, Romain a cueilli toute la journée, avec un bon score, et j’ai aussi amélioré mon score de la veille, mais avec beaucoup de retour de barquettes qui ne correspondent pas au standard. Le standard, c’est (tout simplement) 6 photos à respecter. En fait, quand j’ai la caisse de fraise en vrac, je dois les conditionner en 250g, en respectant un schéma bien précis (pour l’esthétique) tout en vérifiant le poids sur une balance tarée au gramme près.

Bien sur, ma chef vérifie toutes mes barquettes, et dès qu’il y a 1g de trop ou 1g de moins, je dois m’arranger pour trouver LA fraise qu’il faut changer et la remplacer par une autre. Ou encore, s’il y a une fraise plus grosse que l’autre (car l’ensemble doit être homogène), si le schéma n’est pas parfait… Pour conclure, je galère un max ! C’est comme faire du Tetris© (jeu de casse brique dans lequel j’excelle) avec des formes non géométriques !

En fin de journée, ma chef m’indique que si je ne fais pas mieux demain, c’est dehors… Pour éviter cela, une de mes collègues me propose de me réexpliquer et de me donner quelques astuces pour améliorer ma technique…

Jeudi, je commence très stressée la journée en demandant si je serai encore assise à mon poste l’heure prochaine. Je n’ai qu’une seule obsession, faire de la qualité pour préserver mon emploi. De ce fait, je baisse mes rendements et vous comprendrez la suite…

Romain quant à lui ne cueille pas aujourd’hui car les fraises ont besoin d’une journée pour murir un peu plus. Néanmoins, comme nous logeons sur le site, le boss a proposé à Romain de découper des fraises abimées pour qu’elles soient réduites en crème glacée par la suite.

En fin de journée, je n’ai eu que 4 retours de barquettes, ma chef est contente (moi soulagée), et il ne reste plus qu’à continuer en essayant d’accélérer la cadence. J’ai vaguement l’impression que j’aime me faire peur, mais ce sont dans les moments critiques que l’on voit la vraie valeur des gens, et toc !

Il est fort probable que nous travaillons tout le week-end, nous aurons plus d’infos sans doute demain… En attendant, on pense plus que jamais à vous et à la France.

 

Bises

P&R

PS : On a oublié de prendre des photos, mais promis on en mettra prochainement.

3 Commentaires »

Aurore & Fred:

Salut les Oz !
Si vous mettez le réveil à 5h40 vous n’etes pas prêts à temps ? lol
ça doit être assez galère dis donc Pauline de répondre à ses exigences… Trouver LA fraise pour avoir LE poids… Je pense que le plus difficile pour moi serait de ne pas manger les fraises au fur et à mesure ^^ En tous cas bravo tu géres encore une fois très bien. Il vaut mieux commencer en gagnant très peu le temps de trouver la technique…
On a hâte de voir les photos, en particulier de la « drôle de marchine ».
Et sinon vous pouvez quand même récupérer des fraises pour faire des confitures ?
Gros bisous et bon courage !

13 septembre 2012 - 12:39
René et Françoise:

Bonjour Les Jeunes,

Tenez bon même si le salaire n’est pas super et le travail plutôt stressant.
Vous allez prendre le bon rythme.

Bon courage.
Bisous

14 septembre 2012 - 05:51
Anne&JJ:

Hello!
Pendant que certains font la cigale durant les journées du Patrimoine, d’autres fourmis triment…
A votre retour en France, je pense que vous allez vouer un culte particulier aux fraises, pêches et pommes!
C’est après tout une douce addiction à laquelle il vous suffira d’adjoindre 2 légumes pour être en phase avec les concepts de santé qui préconisent au moins la consommation de 5 fruits ou légumes par jour!
Courage et persévérance!
Bisous

16 septembre 2012 - 06:42
Laisser un commentaire

Commentaire